Logo de la société des Amis Canada-France

FRANCIS BEAULIEU



La maison Dior, son histoire et son impact.


La conférence.

    L’importance économique et la diversité des créateurs de la Maison Dior est aujourd’hui incontestable : 17,9 milliards d’euros de chiffre d’affaires en 2008, 826 millions d’euros pour la couture seulement en 2010 pour la Couture seulement et en progression continue dans les années immédiates qui suivent. La Maison Dior est de fait une entreprise internationale qui emploie plus de 56 000 personnes. L’alchimie des produits, alliée à la créativité - l’outrance parfois - la qualité, le rêve et la passion artistique... et une bonne gestion ont contribué à assurer la pérennité de la Maison.

    Le fondateur de la Maison Dior et inventeur de la haute couture, Christian Dior, est né en Normandie, à Granville, le 21 janvier 1905. De famille aisée, son père dirigeant un groupement d’usines chimiques avec son cousin Lucien Dior. Christian Dior a néanmoins eu un parcours éclectique. Songeant d'abord à une carrière diplomatique, il s’inscrit en 1925 en sciences politiques. Mais très vite, délaissant ses études, il se consacre à l'architecture et au dessin ainsi qu'à la galerie d'art, qu'il a fondée avec un ami, où il a exposera entre autres Pablo Picasso, Salvador Dali et Jean Cocteau.

    La ruine financière et la liquidation de tous les biens de son père durant les années 1930 entrainent des années noires et plusieurs tournants dans la vie du futur couturier. Il survit de la vente de croquis de chapeaux et de robes et effectue son service militaire en 1935. En 1938, il devient modéliste pour le plus grand couturier de Paris de l’époque, Robert Piguet. En 1941, il devient, avec Pierre Balmain,  assistant puis bientôt principal modéliste de Lucien Lelong qui fonde sa propre maison en 1945. Durant la période de la Deuxième guerre mondiale, il est aussi illustrateur de mode pour Le Figaro.

    En 1946 Christian Dior se détermine à fonder sa propre maison de couture. Le riche industriel du secteur du textile, Marcel Boussac, lui en propose le financement, à hauteur de 60 millions de francs. C'est ainsi que la Maison Christian Dior s’installera au 30, rue Montaigne, à Paris. La première collection de Christian Dior est présentée le 12 février 1947, sous la ligne innovatrice « Corolle », illustrant alors des femmes-fleurs à épaules douces, bustes épanouis, tailles fines comme lianes et jupes comme corolles ou encore, à épaules fines, aux corsages sanglés et aux jupes bouffantes. Identifié par le Harper Bazar, aux États-Unis, comme New Look, sa ligne révolutionnaire automne 1947 est un succès. S’il réhabilite à ce moment-là le galbe féminin que Coco Chanel avait effacé, il opte par la suite, pour des coupes décintrées, à partir de 1954.

     Il veut aussi d’autres « finishing touch » à sa ligne de robes... d’abord le parfum Miss Dior, puis le rouge à lèvres, Dior Rouge... et des bas, des accessoires (ceintures, sacs à main, chapeaux, fourrures) et autres cosmétiques, spiritueux et vins... En 1955, il embauche le jeune Yves Saint-Laurent comme assistant... en 1948, il avait déjà créé la filiale Christian Dior New Look à l’angle de la Fifth Avenue et de la 57e rue à New York. Il est le premier à créer un système de licences pour ses produits, notamment pour les bas. Sa place dans la presse américaine est consacrée lorsqu’il figure sur la page couverture du Time Magazine en mars 1957, avec ses célèbres ciseaux de gaucher. Son emblème, les deux lettres CD, avait rapidement dépassé la France.

    Mais son ascension fulgurante est stoppée : à l’âge de 52 ans, il meurt d’une crise cardiaque. Nous savons que des personnalités comme la Duchesse de Windsor, Rita Hayworth, Ava Gardner, Eva Perron et Marlène Dietrich étaient des clientes de Dior et que d’autres stars aujourd’hui, continuent de porter du Dior... les Madonna, Nicole Kidman, Céline Dion, Gwyneth Paltrow... Le glamour, l’audace de la mode de la rue sont là ... Mais que devient en réalité, depuis 1957, la griffe de cet homme timide, secret, solitaire, CD, sa marque dans l’histoire de la mode, depuis son lancement de la Haute Couture, ses collections prêt-à-porter, pour femmes, enfants et hommes... ?


Le conférencier : Francis BEAULIEU.

    Francis Beaulieu est né en Gaspésie. il a d’abord été formé en interprétation musicale (flûte à bec et chant) au Collège de Drummondville et à l’Université d’Ottawa. En complément, il a suivi de la formation à l’École nationale de Théâtre du Canada, à l’École des Hautes Études Commerciales, dans des associations muséales de l’Ontario et du Québec, en direction de production, film, marketing des arts et de la culture, développement de programmes éducatifs et en matière de projets d’expositions, entre autres.

    Au cours des années, il a accumulé des expériences de travail à l’Université McGill où il a été adjoint au directeur technique de la Faculté de musique,  puis à Montréal Danse où il été directeur administratif et directeur des tournées. En Ontario, il s’est fait connaître à titre de Directeur général du Centre culturel Frontenac, à Kingston, et particulièrement à titre de directeur général, responsable de l’établissement et la gestion des opérations du Muséoparc Vanier, à Ottawa (entre 2005 et 2010).

    Par le passé, il a été chargé d’analyse en matière de boulangerie à Loblaws et chargé de projets à Boxe Canada relativement au championnat de la boxe olympique féminine (2012). Aujourd’hui , il est professeur à la Cité collégiale d’Ottawa en Histoire de l’Art et des civilisations, tout en menant en parallèle d’autres projets, notamment comme artiste maquilleur dans sa propre firme, Beaulieu Beauty. On note ainsi qu’il a exercé des fonctions dans le domaine des arts de la scène, puis a évolué vers la gestion artistique, la direction d’organismes culturels, la mise en marché et le développement international. En outre, il travaille en ce moment comme consultant en planification stratégique et en gestion de carrières et d'événements artistiques.

    Professeur d'Histoire de l'Art, à la Cité collégiale d'Ottawa. Depuis ses études en musique à l'Université d'Ottawa, il a occupé différentes fonctions, dont celles de conseiller en gestion et planification d'événements, chargé de projets, directeur-conservateur et fondateur du Muséoparc de Vanier. Il est par ailleurs propriétaire de la firme Beaulieu Beauty.

Rédigé par Madame Yvette Le Gal