Passage tiré de la conférence du 6 mai 2007, à Ottawa, de :

Son Excellence, le Haut Commissaire du Royaume-Uni,
Monsieur Anthony Joyce Cary

La nation : une idée dépassée ?
La Grande-Bretagne, la France et le Canada


…Je ne crains pas la homogénéité dans l'UE, comme le faisait Mme Thatcher … Elle était préoccupée par l'érosion progressive du caractère national : la naissance de ce que Churchill a appelé “ a smudgy amalgam ” . Elle a détesté l'harmonisation.
 
Je ne suis pas aussi craintif.
 
Il n'y a que 50 kms entre La France, et la perfide Albion. Nous avons eu des rapports tellement proches - familiaux, commerciaux, même savants - au cours des siècles. Nous avions les Ducs d'Aquitaine. Ils ont eu William le Conquérant, et le français a été parlé à la cour anglaise pendant beaucoup d'années ...
 
Mais nous restons magnifiquement différents dans nos modes de pensée.
Nous sommes aristotéliciens / les Francais, platoniques.
Nous sommes inductifs / eux, déductifs.
C'est pourquoi nous avons la "common law" et eux, le Code Napoléon.
Nous sommes empiriques / eux, théoriques,
Nous, pragmatiques / eux, idéalistes,
Nous, raisonnables ...
 
Nous restons, alors, les meilleurs des ennemis. Le duc de Wellington a montré non pas la haine mais l'admiration des Français quand il disait: "We always have been, we are, and I hope we always shall be, detested in France".
 
Ce sont les “ veines ” de caractère nationaux dans l'UE qui lui donnent sa profondeur et sa richesse. …